FAMILLE

Lisa ouvre les portes de son foyer à une famille de réfugiés fuyant la guerre. Entre bienveillance et difficulté de communiquer, le doute et la peur s’installent peu à peu.

Costumière, décoratrice et directrice artistique pour le cinéma et le théâtre, Catherine Cosme passe à la réalisation en 2015 avec Les Amoureuses, un premier film remarqué en festivals et nominé aux Magritte. Pour Famille, son deuxième court métrage, elle a tenu à raconter sa propre expérience liée à l’accueil de migrants.

EMMA PEETERS

Film de clôture du festival

Emma est actrice. Belge. 34 ans. Elle vit à Paris. Elle galère de cachetons en petits boulots… Sentiment d’échec, d’inutilité, l’envie d’en finir. Elle décide de mettre fin à cette existence ratée le jour de son prochain anniversaire. Il lui reste seulement une semaine pour tout organiser…

« Non ! Pas de grosse machine américaine, ni française, pour clôturer ce 9e Festival. Pas un de ces films qui va vous plomber l’ambiance… et le moral jusqu’à l’année prochaine. Mais une tragique comédie, pleine de fantaisie, d’humour, de tendresse, de trouvailles… Un de ces films dont vous garderez longtemps un souvenir ému et, chaque fois que vous y penserez, un sourire illuminera votre visage. Une pépite, qu’on vous dit. Et belge en plus. Mais attention ! C’est Ramdam ! C’est Ramdam… et c’est aussi Amour ! Un RAMDAMOUR, quoi ! Alors réservez dès à présent vos places pour l’événement. Ainsi, vous pourrez dire autour de vous, avec une once de condescendance : J’y étais. » – Le Comité de sélection.

Avant-première belge


NICOLE PALO

Réalisateur

Née en 77, elle a la double nationalité : belge et américaine. Diplômée de L’ULB en journalisme et écriture de scénario, elle complète sa formation à l’école de cinéma danoise. «Emma Peeters» est son deuxième long métrage. Il a été présenté en 2018 en clôture des Venice Days.


LES SALOPES OU LE SUCRE NATUREL DE LA PEAU

Prof d’unif, Marie-Claire mène une vie équilibrée en couple et en famille avec deux enfants dont une adolescente de 13 ans. Arrive un nouveau projet de recherche sur la réactivité de la peau avant et après le rapport sexuel. Elle va alors intensifier ses relations extra-conjugales ;

« Audacieux », « atypique », « décomplexé » sont les principaux qualificatifs des avis québécois de ce 2e long-métrage de Renée Beaulieu. Au programme quelques scènes de sexe qui ne sont pas la seule raison du label du film qui dérange. A chercher du côté de la morale de ces femmes (des salopes ?), de leur liberté sexuelle, et aussi de la sexualité des très jeunes adolescents. Un film inédit et visionnaire, à ne pas manquer.

Avant-première européenne


Renée BEAULIEU

Réalisatrice

Renée Beaulieu enseigne la scénarisation et la production cinématographique à l’Université de Montréal. En 2007, elle scénarise «Le Ring», et réalise en 2015 «Le Garagiste» qui gagne de nombreux prix dans plusieurs festivals internationaux.

UNE INTIME CONVICTION

Depuis que Nora a participé, comme juré, au procès de Jacques Viguier, accusé du meurtre de son épouse, elle est persuadée de son innocence.

Craignant une erreur judiciaire, elle convainc un ténor du barreau de le défendre lors du procès en appel.

Mais alors que l’étau se resserre autour du mari, la quête de vérité de Nora vire à l’obsession.

«Cette œuvre efficace très dense, au montage précis, haletant, s’appuie sur un prenant récit très documenté qui interroge en creux les instances judiciaires françaises, les médias et les tréfonds de l’âme humaine.

Ambitieux. Eloquent. Passionnant. Verdict sans appel, Antoine Raimbault est coupable…. d’un film brillant.» Allo Ciné – Sens Critique

Avant-première belge


ANTOINE RAIMBAULT

Réalisateur

Réalisateur, producteur et scénariste français. Ses trois courts métrage « 24/24 », « Good Dog » et «Vos violences » ont été sélectionnés et primés dans une soixantaine de festivals internationaux. « Une intime conviction »  est son premier long métrage.

 

 

CEUX QUI TRAVAILLENT

Homme d’action, ayant gravi les échelons à la force du poignet, Frank consacre sa vie au travail. Accroché jour et nuit à son téléphone, il gère les cargos qu’il affrète pour de grandes compagnies. Alors qu’il doit faire face à une situation de crise, Frank prend une décision brutale et se fait licencier. Trahi par un système et des patrons auxquels il a tout donné, il doit progressivement se remettre en question pour sauver le seul lien qui compte encore à ses yeux : celui qu’il a réussi à maintenir avec sa fille cadette, Mathilde.
Sélection au Festival International du film de Locarno 2018.

« Ceux qui travaillent est un film puissant qui fait réfléchir à l’absurdité d’un monde qui n’accepte que la réussite. Mais à quel prix ! » Cineuropa


Antoine RUSSBACH

Réalisateur

Né à Genève, Antoine Russbach quitte la Suisse à 20 ans pour la Belgique où il va suivre les cours à l’Institut des Arts de Diffusion  de Louvain-la-Neuve. Après 10 ans en Belgique, il revient en Suisse pour ce premier long métrage.

« J’ai étudié en Belgique et les Belges sont très bons pour raconter leurs propres histoires. Depuis très longtemps, ils font cela dans leur cinéma. Pour moi, c’était donc important de raconter une histoire qui se passe en Suisse. »

O CLUBE DOS CANIBAIS

Octavio, richissime homme d’affaires et sa femme Gilda habitent une luxueuse villa à Fortaleza. Quelque peu désoeuvrés, ils pimentent leur vie sexuelle en se « servant » de leur personnel de maison. Il leur arrive parfois d’élargir leurs pratiques et de les partager avec les membres d’un club très fermé qui réunit grandes fortunes et hommes de pouvoir.

Guto Parente signe ici un film qui sert avec humour noir une satire caricaturale joliment méchante de l’élite décadente brésilienne. Ciné-Latino – mars 2018

Dans la lignée du film « GRAVE » proposé lors de l’édition 2018. Ames sensibles s’abstenir.


Guto PARENTE

Réalisateur

Né le 1er août 1983 à Fortaleza. (Brésil). Il est monteur et réalisateur et connu pour ses films « Inferninho » (2018), « A Misteriosa Morte de Pérola » (2014), et « Estrada para Ythaca » (2010).

LA CHUTE DE SPARTE

Quand on est ado, on a parfois l’impression d’avoir tout le monde à dos. C’est le cas de Steeve Simard, 16 ans, qui commence sa dernière année de l’enseignement secondaire. Intellectuel misanthrope, au sens critique très aiguisé, il peine à établir des liens avec ses parents et les autres élèves. Il n’a qu’un seul ami : Virgile. Pour tromper sa solitude et meubler son imaginaire, il se réfugie dans la lecture et la musique. Mais un incident avec « l’athlète en vue » de l’équipe de football du collège, les « Spartiates », va forcer Steeve à sortir de sa tête.

« L’humour, les références littéraires, le rap qui rythme le montage, l’entrée par eff raction de la Grèce antique dans le Québec d’aujourd’hui, la belle diversité et le talent des jeunes acteurs, tout cela contribue à faire de La Chute de Sparte un fi lm attachant, jamais ennuyeux et, bien que les adultes n’y aient pas toujours le beau rôle, parfaitement intergénérationnel (…) La narration en voix hors champ par le protagoniste est d’un lyrisme foudroyant. Certaines images sont tellement fortes qu’on en est encore secoué à la sortie de la projection. » – Cinoche.com

Dès 15 ans


Tristan DUBOIS

Réalisateur

Tristan est né en Suisse en 1975. Il immigre au Québec en 1984. Une fois obtenu son diplôme d’études collégiales en cinéma, Tristan décide de suivre une formation en jeu pour élargir ses champs de compétence afin de devenir un meilleur réalisateur. Il entre ainsi au Conservatoire d’Art Dramatique de Montréal en 1997. À sa sortie, en 2000, il décroche un premier rôle dans la télésérie à succès, « Tribu.com ». En 2005, il fut l’un des 29 réalisateurs acceptés à l’American Film Institute Conservatory (AFI) à Hollywood. Depuis, Tristan a réalisé plusieurs longs métrages pour la télévision (dont un titre en nomination pour meilleure réalisation et meilleur film au DGC Awards 2015 et aux Prix Écrans Canadiens 2016) ainsi que de nombreux courts métrages, vidéoclips, publicités et jeux vidéo. LA CHUTE DE SPARTE est son premier long métrage à titre d’auteur.

STYX

Rike, 40 ans, est médecin urgentiste. Pour ses vacances, elle a décidé d’accomplir son rêve : traverser en solitaire l’Atlantique jusqu’à l’île de l’Ascension. Mais au large du Cap Vert, elle est tirée de sa solitude par des appels de détresse d’un chalutier débordant de passagers.

Nominé au Prix « Lux » du Parlement Européen et Prix du Jury œcuménique à la Berlinale 2018.

« Un huis clos magistral, intense, perturbant au cœur de l’océan. Une allégorie, épurée, morale, efficace comme un coup de poing, sur l’état de notre monde. » – Cineuropa


Wolfgang FISHER

Réalisateur

Diplômé de l’académie des Arts et médias de Cologne, ce deuxième long-métrage a ouvert la section panorama au Festival de Berlin 2018.

DONBASS

Les enjeux économiques et culturels du Donbass, région houillère et sidérurgique ukrainienne disputée par les Russes, sont énormes. Le film éponyme y raconte cette dure vie entre séparatistes russes et armée ukrainienne. Treize histoires, dont sept directement inspirées de véritables vidéos postées sur Youtube.

« Flirtant toujours plus avec l’esthétique documentaire (les caméras embarquées), cette nouvelle dérive dans les sous-sols d’une Russie infernale se présente comme une suite de sketchs terrorisants révélant l’arbitraire d’une société gangrenée par la corruption, la folie et la cruauté. » – Première 5 étoiles.

« Une plongée aussi géniale qu’oppressante dans l’Histoire d’aujourd’hui. » – Transfuge 4 étoiles.

Avant-première belge


Sergei LOZNITSA

Réalisateur

Réalisateur ukrainien spécialiste du documentaire, Sergei Loznitsa dépeint dans ses films le délitement moral de la Russie. Ses audaces narratives ont souvent été remarquées par la critique. Donbass, sa 5e fiction a fait l’ouverture de la section Un certain regard au Festival de Cannes 2018.

 

 

VIHTA

Serge et ses quatre collègues sont salariés d’une petite entreprise, fraîchement rachetée par un grand groupe. Comme cadeau de bienvenue, ils sont conviés par leur nouvel employeur à une journée détente dans un centre thermal.

FRANCOIS BIERRY
Scénariste et réalisateur pour la télévision, François Bierry réalise en 2014 son premier court métrage, Solo Rex, avec lequel il rencontre un franc succès en festivals. Il développe actuellement son premier long métrage de fiction.